Chimeres et Tourbillons

31 juillet 2013

Des lendemains qui chantent

vue de l'aigleEn fait rien n'a change. J'aurai bien voulu mais je n'ai pas pu.

Pourquoi? Il n'y a pas d'explicacion, les choses ne se sont pas faites, du moins pour le moment. Il y a des matins ou en me levant la petite voix disait que aujourd'hui c'etait le bon jour et puis les heures ont passe sans que rien ne s'est produit. C'est un peu le problème de vivre dans un quotidien bien rode, il est difficile de tout casser.

Et puis je me suis dit que cela allait s'arranger, que je devais faire en sorte que cela s'arrange. Cela a été le cas et demain sera mon premier jour de vacances, vacances payées, luxe inimaginable, toute première fois que cela m'arrive. Bien entendu, je ne pars pas c'est juste que ce sera journée complète a la Boutique. C'etait peut être comme une carotte pendue devant mon nez, mais j'ai tenu tant bien que mal et je vais enfin pourvoir profiter des avantages d'être salariée.

Le temps de ces vacances vont peut être me permettre d'envisager un autre futur, de saisir d'autres opportunités, de mettre en place un projet qui me tient a coeur: l'ouverture de mon cabinet de Kine...j'y pense depuis si longtemps. 

Durant mon absence ici, j'ai l'impression de n'avoir fait que de l'apnee mais demain je prendrai le temps de respirer a nouveau. Les touristes sont la, la chaleur et les embouteillages aussi pourtant cette année je ne les ai même pas vu, avant cette période me bouffait les nerfs mais la, je m'en fiche royalement. Les entendre se prendre la tète aux supermarchés, les voir rôtir sur la plage m'indifferent.

Il n'y en a pas moins, ils n'ont pas change, c'est mon regard sur eux qui est diffèrent. Je sais qu'ils ne font que passer, ils ne sont que des ombres qui disparaîtront complètement la période estivale finie. Mais avant que ce jour arrive, nous vivons tous en vase clos, dans la sphère familiale, sortons peu, délaissant momentanément nos endroits favoris de ballades ou de restaurants. Ermites de la cote au milieu de toute cette foule désordonnée.

Pas de télé ni d'internet, j'ai tout délaissé et ce n'est que lors de l'accident de train a Saint Jacques de Compostelle que j'ai repris peu a peu le chemin de la technologie non par manque véritablement mais plutôt par solidarité.

Demain, je souhaite qu'un nouvel élan de vie vienne me submerger, un nouveau souffle pour un autre quotidien, plus doux, plus tendre et surtout plus joyeux.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par jugre à 19:13 - La capitainerie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire